L'incroyable histoire du moulin à café

Qui n’a pas trouvé sur les étagères de sa grand-mère, dans une cuisine décorée façon vintage, ou dans une brocante, un moulin à café à manivelle ? Désormais décoratif, il fut aussi bien pratique à son époque ! Mais son évolution est passionnante, et permet de traverser l’Histoire dont elle fut le témoin. par FSM

Le boîtier coincé entre les genoux, la manivelle actionnée d’un mouvement circulaire (énergique !) permettait à la machine « infernale » de gober de jolis grains de café grillés et de recracher une poudre régulière et foncée. 


Le moulin, en quelques dates 

Peugeot n’a pas été qu’une marque de voiture, mais aussi fut à sa façon le petit bolide de la mouture de café, le moulin a bien existé avant la berline. Jean-Pierre et Jean-Frédéric descendants de meuniers créent dans le Doubs une fonderie d’où vont sortir des produits dérivés : un moulin à café en bois équipé d’un mécanisme en acier. Ces précurseurs de la fabrication de masse en France, ne sont pas en revanche les inventeurs du moulin à café, ni du broyage du café en général. 

Dans l’actuelle Ethiopie, en Abyssinie auraient été identifiés les premiers grains de café. Les consommateurs de café à boire (cahouah) sont apparues entre le 12e et le 15e siècles. Les graines étaient vraisemblablement pilées dans un mortier ou entre deux pierres. 



Ce sont les Turcs, utilisateurs d’un moulin à épices au 17e siècle, habitués à préparer une décoction de la poudre broyée, qui vont être à l’origine des mutations. Au centre de l’Empire Ottoman ces grands commerçants vont contribuer à répandre ce système, qui fut importé en Europe par les marchands vénitiens. 

Les premiers moulins à moudre étaient des moulins à épices. On va retrouver le terme de ''faiseur de moulin à poivre'' quelques années avant la dénomination ''faiseur de moulin à café''.  Thierry Prieux, président de l’association de collectionneurs de moulins à café (AICMC) nous raconte leur histoire passionnante. 


Un peu d'histoire

Des familles d’artisans de Saint-Etienne, très liés entre eux ont fabriqué les premiers moulins à café et à poivre. Il y avait ceux qui faisaient l’objet (en bois ou en fer), les tourneurs sur bois (appelés tournoyeurs en patois local) et ceux qui faisaient le mécanisme, les forgerons. Saint-Etienne étant la ville des couteliers, située dans une région où il y avait du charbon et de l’eau, la combinaison des matière acier / charbon et des activités et produits qui en découlaient (forges et combustible), en ont fait la ville idéale. 

La France devient alors pays phare, dans le domaine des moulins artisanaux qui apparaissent en 1690. Les modèles « Louis XIV », « Sablier » et « Tronc de pyramide inversé » sont bien les 3 principaux modèles historiques de moulins à café; le premier moulin ayant existé étant la « trompe d'éléphant» (un moulin à épices). 

Ces moulins étaient des pièce d’exception réalisées sur commande, dont la plus fameuse - en or massif- ayant appartenu à la marquise de Pompadour, se trouve actuellement au musée du Louvre. 

©aicmc / moulin tronc de pyramide inversé


Avec la démocratisation du café, au 18e siècle, les pièces vont s’industrialiser. 

Les Allemands seront les précurseurs de la fabrication industrielle, et par le biais d’une histoire bien chargée, de rétrocessions de territoires après les campagnes napoléoniennes, et d’émigrations, elle arrive en France. Un ingénieur nommé Goldenberg, va contribuer à la création des premiers moulins à café dans l’Hexagone, en 1817 par la société Coulaux, fabrique d’armes blanches dont le plus fameux client était Napoléon. Après les défaites que l’on connaît, une reconversion l’a poussée à fabriquer de la grosse quincaillerie (scie, rabot…), puis de la quincaillerie ménagère. 

Peugeot, en 1840, suiveur plutôt qu’inventeur, décide à son tour de fabriquer les moulins à café et assure à partir de 1850, pendant une centaine d’années, la production industrielle la plus importante sur le marché français, qu’il domine entièrement, devenue l'entreprise la plus connue mais loin d’être unique. Japy qui fabriquait des réveils et pendules, se lance comme bien d’autres, dans la production de moulins. En Grande Bretagne, on parle d’Archibald Kenrick. En Italie des frères Bertoldo avec Tre Spade (actuellement distribué par Warmcook) en tant que leaders du marché italien de 1900 à 1940.



Le moulin à café électrique 

Il apparait en 1910, de taille énorme, il est conçu exclusivement pour les collectivités. La société Elaul (Etablissement Laurent à Lourdes) crée la miniaturisation du moteur du moulin électrique , qui désormais portatif devient utilisable par les particuliers. L’année 1929 correspond à l’émergence du premier moulin électrique Peugeot.

La cafetière électrique, broie du noir en 1975 avec l’apparition sur le marché, du café en poudre et des dosettes puis des capsules. Toutefois le moulin pourrait redevenir tendance avec le retour au do it yourself et la recherche des consommateurs à faire un maximum de choses eux-mêmes… Quoi de plus adapté aux nouveaux courants et aux emplois du temps qui tournent à 100 à l’heure que de préparer son petit café du matin et de le moudre d’un geste simple. 



© peugeot / moulin à café Kronos


Peugeot lance Kronos un moulin à café au design épuré qui défie la gestuelle des grands-mères . Broyer du noir tout en gardant les idées roses !